oo-Supernatural-oo RPG Supernatural
Bienvenue sur oo-Supernatural-oo !

Le monde a tremblé... Du sang a coulé et ce qui n'aurait jamais du avoir lieu s'est produit : Une porte des enfers a été entrouverte.

Le monde a tremblé... Et il est grand temps pour vous de prendre part à cette guerre qui se dévoile à l'horizon... Amis ? Ennemis ? N'hésitez pas à nous rejoindre ! Mais sachez que votre choix scellera le destin de chacun !

Prenez connaissance du Contexte, du règlement et si vous en avez encore le courage, tentez votre aventure parmi nous en vous inscrivant !



 
Chers Visiteurs et peut-être futurs Membres !
¤ Merci de lire LE REGLEMENT avant votre Inscription et si vous avez une quelconque
question n'hésitez pas à la poster dans notre SECTION INVITÉ
¤ Privilégiez les POSTES VACANTS du forum pour une meilleure intégration !
(Sachez que les PVs sont négociables mais si vous voulez par exemple changer la
célébrité, contactez nous dans la section invité)
¤ Les Auravores et les démons bénéficient d'un bonus de 100 PE si vous les choisissez
¤ Les sorcières et Anges déchus ne sont plus acceptés sauf PV ou Scénario
¤ Profitez de notre cadeau de bienvenue sur Oo-Spn :
200 PE Bonus en choisissant un PV !!!

On les veut en Urgence !
300 PE offerts pour ces PV !
titredetonimage

Arthur
Neutre
Monstre

Découvrez le !

titredetonimage

Jane Smith
opposant
Homme de lettres

Découvrez la !

titredetonimage

Seraphine
Partisante
Ange

Découvrez la !


III.01: In the middle of nowhere [P.V: Anaëlle ]

 :: Gardons une Trace du Passé :: Les archives du forum :: Archives Saison 3 :: Archive RPG Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Dim 28 Sep - 16:54





In the middle of nowhere





Qu'avait il été faire dans cette galère ? C'est à se demander...

Une envie soudaine. Une pulsion. Une nostalgie. Le brun avait plié boutique avant la fermeture du bar, mit son casque et son blouson noir et tel un cavalier devenu ivre par l'appel de la route, avait enfourché sa monture d'acier avec comme vague idée de voir l'aube se lever sur l'océan.

Belial avait toujours aimé l'aube. Cette illumination grandiose. Cette embrassement du ciel. Il en avait vu tant et tant. Pourtant aucunes ne se ressemblaient. Toutes étaient changeantes. Éternelles mais sans pareilles.

Alors il avait roulé. Roulé sans s'arrêter. Et maintenant le voilà.  

Le motard descendit la béquille de sa bécane et la stabilisa sur le bord de l'asphalte pour contempler le monde autour de lui .

Il était deux heure passée. La lune avait disparu, noyée par des nuages lourds de menaces. Pourtant la créature y voyait encore assez clair pour deviner le désert de cailloux et d'arbres secs qui s'étendait à perte de vue autour de lui. La sécheresse avait fait des ravages dans la région.

Cette immensité aride été partagée en deux par un ruban noir de goudron qu'il suivait depuis presque une heure. Une heure à pousser sa harley qui avait décidé de lui faire faux bond au milieu de nulle part. Dans cette immensité, on ne distinguait aucune lumière d'une ville ou d'un patelin. Et pas l'âme qui vive.

L'homme semblait le seul être vivant à des milles à la ronde.

Celui qui se faisait passé pour un être humain du nom de Solomon Smith sourit en songeant que cela aurait été le théâtre idéal pour une pièce  surréaliste. « En attendant Godo » par exemple. Mais lui ne pouvait se permettre d'attendre. Bientôt l'orage éclaterait et il voulait évité d'être dessous à ce moment là.

D'un geste habile, sa main plongea dans une des poches de son manteau en cuir pour en tirer un téléphone. Cette acquisition récente n'avait encore aucun nom dans son répertoire. Mais le motard espérait qu'il pourrait au moins appeler une dépanneuse avec. Manque de chance. Aucun réseau. Le destin n'était avec lui ce soir.

Philosophe, il s'étira puis remonta la béquille pour recommencer à pousser son engin. Son imagination recommença à fleurter avec de lointains souvenirs et des images récentes tirées de films ou de livres.

Soudain, un nouveau sourire éclaira son visage. Au loin, des phares. Deux lumières aveuglantes qui déchiraient la nuit se rapprochant de lui. Allait il être sauvé des torrents d'eaux et du fracas des éclairs qui roulaient derrière lui ? Qui sait, sa route était elle sur le point de croiser celle d'un bon samaritain .
© Jawilsia sur Never-Utopia
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Oct - 23:59
Un couple de jeunes humains roulaient tranquillement sur la rue déserte, surtout à cette heure de la nuit. Mais cela ne les dérangeaient pas. Leur amour leur suffisait. Ils aperçurent un homme sur le bord de la route, avec sa moto à ses côtés. Il ne semblait pas s’être arrêté là simplement pour regarder le paysage, surtout à cette heure, mais ils ne lui lancèrent que simplement regard, vaguement curieux, sans s’arrêter. Il faut quand même préciser qu’avec toutes les histoires qui circulaient sur Internet, ils n’avait pas vraiment envie de venir en aide à un malade mental ou un tueur en série qui aurait fait semblant d’être en panne d’essence pour mieux attaquer le couple sans défense. Il n’y avait pas eu cette histoire d’ailleurs un Ohio? Il paraîtrait qu’un homme dans la quarantaine d’année attirait les bons samaritains en faisant de l’auto-stop. Dès qu’on lui venait en aide, il attaquait le conducteur, faisant fi du danger que cela représente que d’attaquer le conducteur! L’auto terminait sa course dans le terre-plein ou bien dans le fossé et le conducteur mourrait là, se vidant de son sang, peu à peu. Non, les deux amoureux ne voulaient pas connaître le même sort. C’est pourquoi ils continuèrent leur chemin, toujours aussi amoureux, mais ayant une petite pensée pour l’homme qui attendait quelqu’un pour l’aider. Celui-ci se retrouvait de nouveau seul dans la nuit, n’ayant pour compagnie que sa moto en panne. On peut dire qu’il n’était pas très chanceux. N’oublions pas que cette route était peu fréquentée à cette heure. Il n’avait pas choisi le bon chemin. Isolée de la ville, peu fréquentée à cette heure, cette route pouvait être dangereuse pour les humains. Mais il n’était pas un humain. Pas plus que la femme qui marchait tranquillement le long de la route. L’homme qui n’en était pas un pouvait entendre au loin les pas de la femme qui n’en était pas une. Alors qu’elle s’approchait peu à peu, il pouvait commencer à discerner une forme féminine, mais il devait aussi sentir son aura ou sa véritable nature, celle d’un ange. De même, celle qui s’approchait se rendit bien vite compte que ce n’était pas un homme sur le bord du chemin. Elle était désormais sur ses gardes. Un démon pouvait être fourbe et il pouvait l’attaquer si l’envie lui prenait, surtout qu’il n’y avait pas de témoin. Elle garda une certaine distance entre le démon et elle-même, environ trois mètres. Les astres révélaient ses traits. Elle avait les cheveux détachés, des cheveux sombres comme la nuit. Elle portait des jeans avec des bottes arrivant à la mi-jambe ainsi qu’un petit manteau. On aurait vraiment dit une humaine bien normale. Pourtant c’était un ange, qui pourrait se montrer menaçante si le démon montrait de l’agressivité.

- Que fait un démon ici, au milieu de la nuit?
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Mar 7 Oct - 17:12
A l’approche de la voiture, le trentenaire mit de nouveau sa machine sur béquille et leva le pouce. Geste ancestral connu de n’importe quel auto-stoppeur et ce depuis l’invention de la roue.
 
La dodge noir lui passa sous le nez sans même ralentir. L’homme cru y deviner un couple qui le regarda avec de grands yeux curieux avant de poursuivre sa route. Le vent fit claquer les pans de son manteau en cuir clouté. De petits tourbillons de poussière se formèrent autour de ses bottes. Puis tous cessa. Il était de nouveau seul au milieu du désert.
 
Soupir de la part du bipède, observant le duo de feux rouges se perdre dans les ténèbres.
 
Il n’y avait pas à dire. L’hospitalité se perdait. Mais qu’y faire ? Son salut lui était passé sous le nez. Il était bon pour subir l’ire des cieux. Mais Belial ne s’en désolait pas pour autant. Cela ne servirait à rien. Quand à maudire ses humains… non, leur destin serait déjà bien assez court comme cela. Car depuis le retour de Lucifer, leurs jours étaient comptés. Comme ceux de tous les membres de leurs espèces. Alors qu’ils continuent leur route jusqu’à ce que la fatalité les emporte. Ce n’est pas le démon qui leur portera le coup final.
 
Sans un mot, le possédé reprit sa route, poussant sa moto comme Sisyphe poussant son rocher. En silence, il cheminait. On n’entendait plus que le grincement de la mécanique et la fureur des cieux , de plus en plus menaçante.
 
Certes, il aurait pu aisément se téléporter ailleurs. C’était dans son savoir, dans son pouvoir. Mais non, le brun s’entêtait. Cela avait toujours était comme ça. Il n’aimait pas la facilité. La facilité était ennuyeuse, banale, à la portée de tous. Et puis c’était peut-être dans sa nature profonde de continuer envers et contre tout. A moins que ce ne soit son destin…
 
Les minutes s’écoulèrent au loin les grondements de l’orage se faisaient de plus en plus proches. Menaçant. L’atmosphère était moite, étouffante.
 
Bientôt, un autre bruit se mêla aux cliquetis métalliques des roues. Des bruits de pas. Ils se rapprochaient eux aussi, mais venant de face. Belial s’arrêta. Quelqu’un ? Non … plutôt quelque chose. Depuis combien temps l’être des hautes sphères infernales n’avait-il pas ressenti une telle aura ? Trois millénaires ? Quatre ? Peut-être plus… peut être moins.
 
Décidément oui, cette soirée était surréaliste.
 
Le brun ne bougea plus, attendant que l’ange s’approche. Celui-ci avait une silhouette féminine. A la lumière des éclairs, le démon devina de longs cheveux noirs encadrant une figure d’albâtre. Plutôt jolie. Les nuages se déchirèrent même à ce moment là pour permettre aux astres de souligner ses formes enchassées dans une tenue somme toute banale.

L’entité l’interpella :
 
« - Que fait un démon ici, au milieu de la nuit? »
 
On aurait dit qu'elle invectivé un adolescent ayant fait le mur une nuit d'été. Celui qui se faisait appelé Salomon Smith sourit, lui répondant d’un ton courtois mais légèrement badin :
 
«  Milady, loin de moi l’idée de vous faire la moral, je conviens aisément devant vous que je suis assez mal placé pour cela, il me semble qu’il est tout de même dans les convenances, quand deux êtres civilisés se rencontre pour la première fois, qu’ils se doivent de se saluer mutuellement. Etant civilisé, je vous prie de bien vouloir recevoir mon bonsoir. »
 
Malicieux , Belial poursuivit avec aisance, comme il l’aurait fait lors d’une réunion mondaine :
 
« - Quand à vous répondre, Milady, tout dépend de ce que vous entendez par les termes faire et ici. Si ici est d’un point de vue purement physique : c’est à dire cette plaine aride et ce bord de la route, je vous direz que je pousse ma moto qui est malencontreusement tombé en panne. D’ailleurs si vous aviez quelques connaissances en mécanique, je serai bien aise de demander votre secours, cela m’éviterai d’avoir à subir l’orage. »
 

Le maudit ajouta :
 
«   Par contre si par ici, vous entendez le coté métaphysique de la chose : dans ce coin de l’univers, à cette époque donnée, cet instant précis, en face de vous, nous mettons là le pied dans un débat qui je suis sur pourra attendre que nous trouvions un abri.»
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Mer 8 Oct - 23:44
Si le démon n’avait pas croisé la route d’un être céleste depuis des lustres, ce n’était pas le cas de l’ange. Celle-ci avait, pour son malheur, croisé la route de plusieurs êtres démoniaques depuis son amnésie. En fait, elle en avait croisé plusieurs, tous différents, mais faisant naître chez elle le même sentiment de rage. Elle en avait croisé un qui lui avait montré comment étaient les humains. Il avait raison, ils n’étaient pas des êtres bons. Ensuite, elle avait croisé un autre démon dans un parc et il avait tant parlé! Elle l’aurait attaqué volontiers, mais ses paroles l’embrouillaient et elle lui avait finalement averti que si leurs routes se recroisaient, elle mettrait fin à son existence. Elle n’aimait pas l’idée de tuer des humains, seulement parce qu’un démon les possédait. Les démons avaient donc un certain avantage contre elle, même s’ils ne le savaient pas, du moins, pas à la première rencontre. Parmi les autres rencontres démoniaques, il y avait aussi celles avec deux démons qui avaient voulu briser un sceau, de même qu’elle et elle avait d’ailleurs rencontré l’un d’eux de nouveau, alors qu’elle se trouvait en mauvaise posture. On pouvait donc dire que ses rencontres avec les démons n’avaient pas été, en générale, ce qu’on pouvait appeler d’amicales. Elle détestait toujours autant ses créatures, du plus profond de son être, mais elle commençait à déceler chez eux des différences. Certains étaient pires que d’autres, on va le dire ainsi.
Qu’en serait-il de cette rencontre avec ce démon? Elle marchait tranquillement sur le bord de la route, profitant du calme de l’automne pour remettre ses pensées en ordre et écouter ce que ses frères et sœurs disaient. Elle ne portait pas attention à tout ce qui se disait, mais elle captait quelques pensées ici et là. On parlait beaucoup de la libération de Lucifer, plusieurs en étaient heureux, mais presqu’autant disaient que cela causerait la perte des humains. Il leur fallait ouvrir les yeux : Lucifer était la solution, non le problème. Mais bon, ce n’est pas simplement en claquant des doigts que les anges s’uniraient sous la même bannière, cela prendrait du temps. Pour le moment, nous nous contenterons de rester dans le sujet présent, soit la présence d’un ange et d’un démon, sur une route au beau milieu de la nuit, alors que la pluie arrivait. Le démon répondit à la question d’Anaëlle, s’adressant poliment à elle, l’appelant milady. Il était respectueux? Il lui faisait penser à Phoenix et l’autre beau parleur qu’elle avait croisé dans un parc. Cela cachait sans doute quelque chose, mais quoi exactement? Il parla de convenance et s’expliqua sur sa présence ici. Elle fronça les sourcils, avec un point d’interrogation sur le visage. Elle était toujours sur ses gardes, mais en même temps un brin curieuse.


- Bonsoir alors. Malheureusement, je ne connais rien à la mécanique humaine. Pourquoi ne quittez-vous tout simplement pas la route en vous téléportant? Vous avez ce pouvoir il me semble, non?

Pourquoi se borner à pousser cette machine, d’ailleurs, pourquoi utiliser cette machine tout simplement? Anaëlle utilisait ses pieds en ce moment, mais généralement, elle préférait la rapidité!
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 9 Oct - 9:26
« - Bonsoir alors. Malheureusement, je ne connais rien à la mécanique humaine. Pourquoi ne quittez-vous tout simplement pas la route en vous téléportant? Vous avez ce pouvoir il me semble, non? »

La surprise s'inscrit sur les traits du démon, puis il se ressaisit pour laisser place à un sourire énigmatique :

« - Cela doit faire un certain temps que vous vous trouvez sur terre, n'est ce pas ? »


Belial avait déjà remarqué ce genre de phénomène par le passé. À la base, Les anges sont des créatures froides, dépourvues de sentiments, et sans aucune pitié, ni curiosité. (aux yeux du puissant  des trous du cul)  Ceux qui débarquent sur terre ont tendance à suivre leurs ordres sans réfléchir et à ne rien faire d'autre avant de repartir. Si cette demoiselle lui posait ce genre de question , c'est qu'elle commençait à faire fonctionner ses méninges par elle même et que pour une raison ou une autre , elle avait en quelque sorte échappée à sa hiérarchie.

Cela la rendait plus qu'intéressante aux yeux de la créature.

Alors il lui répondit avec douceur , de sa voix chaude au timbre grave:

« - C'est vrai que ça irai plus vite en me téléportant, mais d'un autre coté, ce périple perdait de son charme. Car ce qui importe dans les voyages, ce n'est pas tant la destination que le chemin parcouru lui même. »

La créature leva ses yeux gris vers le chaos des cieux :

« - Si je m'étais téléporter, je n'aurai pu voir tous cela ! Je n'aurai pu graver dans mon esprit le souvenir de ce désert, de cet orage. Et surtout, je n'aurai pas pu vous rencontrer. »


En disant cela , celui qui paraissait avoir à peine trente ans, baissa son regard sur son interlocutrice faisant une petite grimace coupable:

«  Et puis j'aime écouter mes envies. »

Il mit sa main droite sur sa poitrine, à l'endroit où se  trouver son muscle cardiaque :

« Mon cœur me disait qu'il voulait une chevaucher sauvage à travers le pays pour aller voir l'aube se lever sur la mer. C'est un caprice. Cela ne m'apportera rien. Mais le réaliser prouve que je suis libre, sans chaines, sans maître pour me dire ce que je dois faire. N'est ce pas une sensation vivifiante ? N'est ce pas une chose merveilleuse que le libre arbitre?»

Le brun cala une nouvelle fois sa harley sur la béquille, puis s'en éloigna de quelques mètres. Avec gentillesse, il proposa à ce qui avait l'apparence d'une jeune femme :

« - Les faits valent mieux que de longs discours. Montez dessus, je vais vous faire comprendre. »

Puis il précisa pour la rassurer :

« - Et n'ayez crainte, il n'y a aucun piège, aucune chausse trappe. Juste une vieille moto. Je m'en tiendrai éloigner tant que vous serrez dessus pour vous prouver ma bonne foi.»
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Ven 10 Oct - 23:07
Le démon semblait surpris de la réponse de l’ange. Pourtant, elle n’avait rien de bien exceptionnel cette réponse, du moins, du point de vue de l’être céleste. La réaction du démon était beaucoup plus étonnante, de son point de vue à elle. Il lui demanda si ça faisait longtemps qu’elle se trouvait sur terre. En fait, pas vraiment, il ne demanda pas vraiment, il affirma et demanda sa confirmation. Comment pouvait-il savoir cela? Avait-elle une attitude vraiment différente des autres anges, une attitude un peu plus humaine? Ce ne serait pas totalement impossible. Cela faisait déjà presqu’un an qu’elle se trouvait sur Terre, de ce qu’elle pouvait se rappeler enfin. À force de côtoyer les humains, il semblait normal qu’elle en adopte certains traits. D’un autre côté, elle se considérait dans un monde à part des humains. Elle en avait peut-être l’apparence, mais elle n’était pas une humaine. Anaëlle les trouvait trop impulsifs, ils n’avaient aucun esprit d’entraide et surtout, ils commettaient tellement d’atrocité. Et ce n’était pas seulement lorsqu’un démon les possédait. Les sentiments humains étaient à la base de tout. L’amour donnait lieu à la jalousie, le bonheur à l’envie et le succès à la haine. Voilà pourquoi les anges devaient garder les humains sur le bon chemin, mais que c’était si difficile à accomplir. Anaëlle tentait donc plutôt de limiter les autres facteurs qui pouvaient faire chuter les humains vers la déchéance. Les démons faisaient partie de ces facteurs. En temps normal, Anaëlle luttait contre ces créatures, mais celui qui lui faisait face en cette nuit était étrange. Il n’avait pas attenté à la vie de la créature céleste, pas plus qu’il ne l’avait insulté. Il faisait preuve d’un savoir vivre peu commun à ceux de sa race. Il était même un brin charmeur, à moins que ce ne soit l’ange qui se l’imagine. Pourtant, il faisait une description de ses actions d’une manière romantique. Il rendait son périple extraordinaire alors que pourtant, il n’était que tombé en panne sur le bord de l’autoroute. Assez banal comme évènement non? Par contre, lorsqu’il parla du fait qu’il ne l’aurait pas rencontré en se téléportant, Anaëlle eut un petit froncement de sourcils. Était-il sérieux ou il riait d’elle, elle ne savait le dire. Et là, il lui proposa de prendre place sur la moto. Mais pourquoi faire? Quelle utilité y avait-il à satisfaire ce démon dans ses envies de la voir sur cette moto en panne. Elle n’était pas certaine si c’était un piège quelconque ou bien juste une manière pour le démon de la ridiculiser. Oserait-elle?

- Un seul mouvement vers moi et je vous jure que je vous transperce le cœur.

Ainsi, elle cédait, mais le menaçait, malgré sa promesse de la laisser tranquille le temps qu’elle monterait sur la machine. Elle s’approcha lentement de la moto, gardant un œil sur le démon. On aurait dit qu’elle avait peur que la machine s’attaque à elle. Comment on se défend contre une moto d’ailleurs? Elle passa une jambe par-dessus la moto et prit place dessus, ne sachant quelle attitude adoptée. Elle tourna un regard intrigué vers le démon :

- Suis-je ressentir cette liberté que vous vantez?
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Mer 15 Oct - 12:42
« - Un seul mouvement vers moi et je vous jure que je vous transperce le cœur. »

Belial sourit à cette menace. L'ange semblait hésitant, sur la défensive. Il allait falloir y aller en douceur , la mettre en confiance pour ne pas l'effrayer et déclencher chez elle une réaction agressive ou de panique; Celui qui se faisait appeler Salomon Smith n'en voulait pas. Au contraire ...

Alors le brun leva les mains en signe d’apaisement. Non, il ne lui ferait aucun mal. Non il ne la toucherait pas. Elle avait sa parole. Du moins pour ce que valait la parole d’un démon. Mais l’entité démoniaque n’était pas d’humeur à briser ce statut quo. Il n'aimait pas les combats. Du moins, il ne les aimait plus. L'entité des hautes sphères infernales laissait ce genre de jeux au plus jeunes. Et puis, ce n’était pas son style. Sa manière d’agir était beaucoup plus fine, plus insidieuse. Depuis longtemps il avait compris que la force était l'arme des faibles.

Quoi qu'il en soit , l'être angélique se décida. Avec milles précautions et de nombreux regards méfiants , elle s'installa sur le cuir de la harley. Puis perplexe, la jolie brune demanda:

« - Suis-je ressentir cette liberté que vous vantez? »

L’homme lui sourit à la lueur des éclairs. Sa voix se fit entendre douce mais couvrant le chaos des éléments:

« - La liberté ? Vous venez d’en user  juste à l’instant en prenant vous-même la décision de vous installer sur cette moto. Vous auriez pu faire demi-tour, me transpercer le cœur, vous téléporter. Mais non, vous avez décidé de tester quelque chose de nouveau. Peut être dangereux, peut être fantastique, ça vous ne le saviez pas avant de vous y asseoir. Et pourtant, vous avez essayé sans que personne ne vous force à le faire. »

Le trentenaire croisa les bras, observant la réaction de la jeune femme avant de poursuivre :

« - Cela ne vous semble peut être pas grand-chose, mais c’est un pouvoir immense. Votre destin se trouve entre vos mains. Et vous êtes la seule à pouvoir décider quelle voie vous souhaitez prendre pour la suite. »

Derrière lui l’orage se faisait de plus en plus bruyant. La créature se retourna pour l’observer. On voyait le rideau d’eau qui s’avançait. Il était à moins de deux kilomètres. Une idée amusante lui traversa l’esprit. Ce sera épuisant pour lui et il allait prendre un risque, mais le résultat pouvait en valoir la chandelle. Deplus, au moins, ils éviteraient la pluie.
Alors joyeusement, Belial se retourna vers son interlocutrice sans bouger de sa place initiale :

« Voulez-vous en tester plus ? Je vous préviens, dans ce cas, il faudra me faire confiance et me permettre de m’approcher. »
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Sam 25 Oct - 16:37
Elle était assise sur la motocyclette, les sourcils froncés et se demandant un peu ce qu'elle faisait là en ce moment. Elle avait écouté un démon, puisqu'elle éprouvait de la curiosité. De la curiosité, voilà quelque chose de nouveau chez un ange. En même temps, Anaëlle ne pouvait pas y échapper. Elle avait perdu la mémoire et après le sentiment de panique qu'elle avait vécu, elle était passé au sentiment de curiosité. Elle avait voulu en apprendre sur elle, en premier lieu. Quel ange avait-elle été avant son amnésie? Elle n'en avait pas appris beaucoup, mais sa curiosité l'avait poussé vers un autre domaine : la Terre et ses habitants. L'amnésique avait parcouru différent endroit pour apprendre, et cela l'avait bien souvent désespérée de la nature humaine. Les humains n'étaient pas très solidaires, si on peut le dire ainsi. En fait, on pourrait aussi le dire autrement : ils n'étaient pas comme les anges. Quoi que... les anges manquaient aussi de solidarité c'est temps-ci. Mais bon, cessons de tourner autours du pot. Anaëlle avait déjà goutté à la curiosité avant ce soir, mais elle ne s'en était pas lassé. La preuve, elle était assise sur la motocyclette en ce moment même. Le démon n'avait pas tord non plus concernant la liberté. De son plein gré, Anaëlle avait décidé de s’asseoir sur la motocyclette, elle usait de liberté. Il avait raison aussi quand il disait qu'elle aurait pu faire n'importe quoi d'autre, comme le tuer ou simplement partir. Après tout, sa nature la poussait à l'éliminer. Ils étaient deux créatures opposées, faites pour se détester et lutter l'une contre l'autre, mais elle ne l'avait pas fait. Pourquoi? Par choix, par liberté. En l'écoutant, Anaëlle réfléchissait sur tout ce que cela signifiait. Elle montrait toujours un peu de doute, mais aussi de la curiosité. Que voulait donc prouver le démon au bout du compte? Il parla ensuite de la voie qu'elle prenait, du fait que c'était elle qui choisissait.

- Nous les anges, nous suivons la voie qui est juste, pas celle qui nous plait.

Était-ce vraiment la vérité? Après tout, les anges étaient divisés, deux voies différentes, opposées. Les deux ne pouvaient donc pas être la voie juste. L'orage se rapprochait alors que les deux créatures discutaient toujours.

- Tenter encore autre chose? Elle n'était pas certaine, mais tant qu'à être ici, et tant qu'à avoir déjà tester, pourquoi ne pas continuer. Et puis, le démon n'avait rien tenté à son encontre, du moins pas pour le moment... D'accord, mais au moindre doute que j'ai contre vous, je n'hésiterai pas.
Invité
Invité
Anonymous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
oo-Supernatural-oo RPG Supernatural :: Gardons une Trace du Passé :: Les archives du forum :: Archives Saison 3 :: Archive RPG-